Sainte Jeanne de Chantal
Paroisse Sainte



Prière du rosaire




Prière du rosaire
Dans ce cercle de louange à Marie, nous faisons trois choses. Nous reconnaissons que sa réussite devance et dépasse la nôtre, nous lui demandons de nous montrer le chemin du oui de l’Eglise à Dieu, et nous entrons en même temps dans ce chemin, qui n’est le sien que parce qu’elle marche sur les traces de son Fils. Ce chemin est lui-même un cercle perpétuel : « Je suis sorti du Père et venu dans le monde, et maintenant je quitte le monde et je vais au Père. (Jean, 16, 28).
H.-U. Von Balthasar

Prière du chapelet :

Dans l'abside, mardi - mercredi - jeudi à 18 heures précises.

Le rosaire

A partir du IVème siècle, la liturgie des heures des moines et des ascètes cohabite avec celle des frères et soeurs convers, qui ne savaient pas lire et récitaient pendant que les moines chantaient les psaumes. Pour ces fidèles, il devient ainsi courant de réciter 150 Notre père en lieu et place des 150 psaumes quotidiens.

Au début du XIIème siècle, à ces Notre Père se substituent des Je vous salue Marie, entrecoupés de méditations sur les mystères touchant Jésus et Marie. Le rosaire se développe au Moyen Age, et il atteint sa forme définitive au XVIème siècle.

Les mystères joyeux se rattachent à l’annonciation, la visitation, la nativité, la présentation au Temple.

Les mystères douloureux renvoient à l’agonie au Jardin, à la flagellation, à la couronne d’épines, au portement de la croix, à la crucifixion et à la mort de Jésus.

Les mystères glorieux englobent la résurrection, l’ascension, l’effusion du Saint-Esprit, l’assomption de la Vierge Marie, et le couronnement de Marie Reine du Ciel.

Le mois d’octobre est dédié à Marie sous le thème du rosaire en raison de la fête de Notre-Dame-du-rosaire, le 7 octobre. Le 7 octobre 1571, les chrétiens l’ont emporté sur les Turcs musulmans devant Lépante, dans l’ouest de la Grèce, et ils ont attribué leur victoire au rosaire..

Jean-Paul II a ajouté cinq mystères « lumineux » au rosaire, tous relatifs à la vie publique de Jésus : le baptême au Jourdain, les noces de Cana, la prédication du Royaume et l’appel à la conversion, la transfiguration, l’institution de l’eucharistie.