Sainte Jeanne de Chantal
Paroisse Sainte


Connaissez-vous Sainte Geneviève ?

1600ème anniverssaire




L’enfance de Sainte Geneviève – Peinture murale (toile marouflée) de Pierre Puvis de Chavannes, 1877, Paris, Panthéon.
L’enfance de Sainte Geneviève – Peinture murale (toile marouflée) de Pierre Puvis de Chavannes, 1877, Paris, Panthéon.

Sainte Geneviève et Saint Germain d’Auxerre

Elle est encore petite fille (entre 7 et 9 ans) lorsque Geneviève rencontre à Nanterre deux évêques : Germain d’Auxerre et Loup de Troyes. Ceux-ci voyageaient vers la Grande-Bretagne : à la demande du pape Célestin 1er, ils allaient combattre l’hérésie pélagienne (qui minimisait le rôle de la grâce). Sur le bord de la Seine, Nanterre est une halte commode.

Saint Germain repère la petite Geneviève et lui propose de se consacrer au Seigneur.
- Geneviève, ma fille
- Ta servante écoute, Père Saint, fais mois savoir ce que tu veux.
- N’aie pas honte de me déclarer si tu veux être consacrée au Christ dans la vie religieuse et si tu veux, comme épouse du Christ, garder ton corps immaculé et intact,
- Béni sois tu Père, tu vas au-devant de mes désirs. C’est cela que je cherche. Prie pour que le Seigneur daigne combler mes vœux.
- Aie confiance ma fille conduis-toi avec fermeté. Ce que tu crois dans ton cœur et proclames avec ta bouche, prouves-le par tes œuvres. Le seigneur donnera la force et la puissance à ta beauté.
Parvenue à l’Église, l’assemblée célèbre les offices de l’après-midi et du soir. Durant tout ce temps Germain garda Geneviève près de lui en posant longuement sa main sur sa tête : faut-il y voir déjà un geste de consécration ou un simple signe d’affection ?

Le lendemain matin, avant de rembarquer, l’évêque demanda aux parents de rencontrer à nouveau la jeune fille qui ne semble pas impressionnée par l’évêque.
- Salut ma fille Geneviève. Te rappelles-tu ce que tu m’as promis hier ?
- Je me rappelle ce que j’ai promis à toi et à Dieu, Père saint. Je désire vivement réaliser ce projet. Je te le déclare hautement. Dieu m’en est témoin.
Il ramassa par terre une pièce de monnaie en bronze qui portait une croix et la lui offrit :
- Porte toujours à ton cou en mémoire de moi cette monnaie percée. Ne souffre pas que ton cou ou tes doigts soient chargés de bijoux ou d’argent ou de perles. Car si la pâle beauté de ce monde dominait ton âme, tu perdrais les ornements célestes qui sont éternels.

L’imposition des mains de la part de l’évêque, la remise du signe de la croix comme unique ornement annoncent de façon prophétique ce que sera la vie de Geneviève tout entière consacrée au Seigneur et à ses frères.

Une nouvelle fois en 446 à l’occasion d’un second voyage apostolique vers la Grande Bretagne, Germain rencontrera Geneviève : il vérifiera sa vocation et l’y confortera. Ce sera à Paris après la mort de ses parents.