Vie de sainte Jeanne de Chantal en sept tableaux




Tableau de Jean-Louis Sauvat (2016) © DR
Tableau de Jean-Louis Sauvat (2016) © DR

Tableau n°3 - Œuvres de Jeanne de Chantal pour les pauvres et les malades


Contexte historique et familial
L'œuvre de piété où elle parut la plus attentive durant le temps de son mariage fut la miséricorde envers les pauvres, nous dit mère de Chaugy, petite-nièce de Jeanne de Chantal, visitandine comme elle et sa première biographe.
« Toutes nos actions sont oraisons quand nous les faisons pour Dieu ».

Jeanne de Chantal, épouse et mère de famille, souhaite être reliée autant sur le plan spirituel que sur le plan matériel aux paroissiens de toutes conditions de Bourbilly, insistant auprès des membres de sa famille pour que, le dimanche, ils se rendent à la messe du village...
Position de principe assez singulière pour les élites de ce temps, comme le soulignent les historiens, et qui démontre chez la sainte un souci très moderne de l'unité de tous dans la foi en Jésus-Christ.
 
La scène
Jeanne de Chantal apparaît habillée de lin et de laine et non de soierie comme d'autres femmes de sa condition pouvaient le faire. Elle distribue soins et aumônes aux malades et aux nécessiteux.
Laissons parler mère de Chaugy :
« L'année de la grande famine, sa charité éclata tout à fait, donnant tous les jours une aumône générale de potage et de pain à tous ceux qui se présentaient, qui étaient en très grand nombre ; les pauvres venant de six et sept lieues à la ronde, chercher leur pain quotidien vers cette soigneuse ménagère, qui voulait faire tous les jours cette distribution elle-même…
…Outre cette charité commune et publique, elle pourvut à la nécessité de plusieurs familles honorables qui avaient honte d'aller aux portes, leur envoyant tous les jours en secret un pain entier, ou un demi-pain, selon le nombre… ».
Manquant de farine et de seigle elle se confie en Dieu, lequel pourvoit à son besoin durant six mois tant que la famine continue et qu'elle persévère à faire l'aumône.
Durant son veuvage, étant retournée vivre chez son beau-père, elle continue à « servir les pauvres, ayant à cet effet une petite chambre écartée, où, en forme de boutique, elle tenait des eaux, onguens et remèdes pour les pauvres et malades qui avaient recours à elle de toutes parts » (Mère de Chaugy).
Ce chemin tourné vers les autres s'accomplit totalement avec l'aide de saint François de Sales par une vie consacrée à Dieu, aux malades et aux pauvres où elle entraînera de nombreuses autres femmes.

« Si je n’aimais pas les pauvres, il me semble que je n’aimerais pas Dieu ».

Fondement et portée du message de Jeanne de Chantal
A l'époque de Jeanne de Chantal et de François de Sales, on pense que la vie évangélique ne peut se vivre qu'en étant retiré du monde. Les livres de spiritualité sont écrits par des religieux, pour des religieux. François de Sales propose la sainteté aux laïcs « qui vivent en ville, en ménage, à la cour, et mènent une vie commune à tout le monde ».

C'est ce que fait Jeanne de Chantal comme laïque dans le monde où elle vit en évangélisant ceux qui la côtoient, en aidant les pauvres, en priant chaque jour, en allant à la messe quotidiennement. L'amour de Dieu doit se vivre dans la situation concrète qui est la nôtre chaque jour.
Comme sainte Jeanne nous y incite : « Cheminons par ces basses vallées des humbles et petites vertus. Nous y verrons des roses entre les épines, les lis de pureté et les violettes de la mortification...Visitons les malades, servons les pauvres, conseillons les affligés, le tout sans empressement, avec une vraie liberté ».
 
« Nous ne pouvons pas toujours offrir à Dieu de grandes choses, mais nous pouvons à tout instant lui en offrir de petites, avec un grand amour ».


Prière 
Sainte Jeanne de Chantal,
patronne des sans-abri, embrasée d'une charité ardente,
vous vous faisiez amener les pauvres, les délaissés, les malades,
les infirmes, atteints des maux les plus repoussants,
vous alliez au-devant d'eux, ne vous contentant pas de les nourrir,
de les loger, de les consoler, de leur donner vos soins,
mais nettoyant leurs vêtements et les raccommodant.
Demandez à Dieu pour les plus démunis la grâce de trouver
la chaleur et l'aide concrète de cœurs généreux.